Il n'y a pas de produit dans le panier

MagazineLe syndrome prémenstruel SPM
Le syndrome prémenstruel (SPM)

Le syndrome prémenstruel SPM

Définition du syndrome prémenstruel – SPM

Avant de passer à la définition du syndrome prémenstruel (SPM), abordons tout d’abord un point de terminologie :

 

Qu’est-ce qu’un syndrome ?

  • Un syndrome correspond à une association de symptômes.
  • Un symptôme est un signe, un trouble observable par un patient, qui est la manifestation d’une maladie et de son évolution.

 

Qu’est-ce que le SPM ?

Le syndrome prémenstruel (SPM) est un terme générique qui regroupe un ensemble de symptômes physiques et/ou psychologiques qui apparaissent lors de la phase lutéale du cycle menstruel.

Il se fait le plus souvent ressentir la semaine précédant les menstruations et s’arrête à l’arrivée de ces dernières.

Toutefois, la durée du SPM est variable d’une femme à l’autre. Si les symptômes peuvent se manifester entre 3 et 5 jours avant les règles pour certaines d’entre elles, pour d’autres ils peuvent démarrer dès l’ovulation et durer ainsi une quinzaine de jours.

Le caractère cyclique ainsi que la disparition des symptômes avec l’arrivée des menstruations sont deux points indispensables à la définition du SPM.

 

Qui est concerné par le SPM ?

Le Syndrome prémenstruel touche exclusivement les femmes en âge de procréer, c’est-à-dire soumise aux variations hormonales en lien avec leur cycle menstruel. Ainsi une jeune fille non réglée, une femme enceinte ou encore une femme ménopausée ne peuvent être sujettes au SPM.

Longtemps rattaché à la condition féminine, le SPM a pendant de nombreuses années été sous-estimé et sous diagnostiqué. De plus, la variabilité des moyens d’évaluation de ce syndrome entraine une difficulté de l’estimation de sa prévalence.

Ainsi le syndrome prémenstruel toucherait en moyenne de 75 à 90% des femmes en âge de procréer1. 0 à 40% des femmes décriraient un SPM nécessitant un traitement2. Et 5% des femmes en âge de procréer auraient un SPM sévère qui entrerait le plus souvent dans le cadre d’un trouble dysphorique prémenstruel (TDP) 3.

 

Age et SPM : quelle relation ?

Même s’il commence le plus souvent au milieu de la vingtaine, le SPM peut toucher toutes les femmes en âge de procréer dès lors qu’elles sont réglées. Toutefois, les études ont démontré une recrudescence et/ou accentuation des symptômes du SPM en période de péri-ménopause4. En revanche, les symptômes du SPM disparaissent complètement dès l’arrêt des règles soit lors d’une grossesse ou une fois la ménopause établie.

 

Sources :

  1. Zaafrane F, Faleh R, Melki W, Sakouhi M, Gaha L. Le syndrome prémenstruel : revue générale.
  2. Ryu A, Kim T-H. Premenstrual syndrome: A mini review. Maturitas. déc 2015;82(4):436‑40.
  3. Pearlstein T, Steiner M. Premenstrual dysphoric disorder: burden of illness and treatment update. J Psychiatry Neurosci JPN. juillet 2008
  4. Pinkerton, J.V., Guico-Pabia, C.J., Taylor, H.S. (2010). Menstrual cycle-related exacerbation of disease. American Journal of Obstetrics and Gynecology

 

Asset 5

Télécharger notre application de cycle menstruel

Restez connectée à votre corps
pour un meilleur confort menstruel

Lettre d'information

En savoir plus sur la santé de la femme ?

    ParticulierProfessionnel

    En soumettant le formulaire, vous acceptez de recevoir par e-mail les informations du Laboratoire CCD. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données personnelles, consultez notre politique de confidentialité.